Sports

la Cour suprême a reçu les réponses au recours déposé par le camp Odinga



Publié le :

William Ruto a été déclaré vainqueur par le président de la Commission électorale mais le camp de Raila Odinga affirme que l’élection a été entachée d’irrégularités. Il a d’ailleurs immédiatement rejeté les résultats et a déposé un recours devant la Cour suprême lundi pour les contester. Les différentes parties prenantes avaient jusqu’à ce samedi 27 août pour soumettre leurs réponses à ce recours. Et les déclarations sous serment ont été nombreuses. 

Avec notre correspondante à Nairobi, Albane Thirouard

L’équipe d’avocats de William Ruto s’est dite prête pour sa défense lors du dépôt de leurs contre-arguments devant la Cour suprême. Dans sa déclaration écrite, le vice-président sortant affirme que l’élection a été libre et équitable. Et demande à la Cour de rejeter le recours du camp Odinga, qu’il qualifie de « tragicomédie ». Ruto accuse son adversaire de « provoquer des crises nationales » depuis 30 ans, en « contestant constamment les résultats », affirme-t-il. 

► À lire aussi : Kenya: Martha Koome, la présidente de la Cour suprême, au centre de l’attention

Du côté de Raila Odinga, ses avocats estiment que les résultats déclarés ne sont ni « complets », « ni exacts », « ni vérifiables ».

La Commission électorale divisée 

La Commission électorale, divisée depuis l’annonce des résultats, a elle aussi déposé ses contre-arguments. Dans son recours, le camp Odinga ciblait particulièrement le président de la Commission, Wafula Chebukati, l’accusant d’avoir cherché à « renverser l’ordre constitutionnel ». Ce dernier qualifie de « mensongères » les accusations le visant. Et dénonce en retour des pressions politiques qui visaient à le pousser à modifier les résultats en faveur d’Odinga en provoquant un second tour. Une version aussi défendue par un autre commissaire.

Les membres dissidents de la Commission, dans des déclarations séparées, dénoncent eux un manque de transparence de la part de Chebukati, estimant avoir été mis de côté tout au long du processus électoral.

Ces différentes versions seront examinées par la Cour suprême la semaine prochaine. Le verdict sera rendu au plus tard le 5 septembre.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.