Sports

Deschamps sans pitié pour Giroud


Longuement interrogé au micro de beIN Sports, Didier Deschamps a accepté de s’exprimer sur le cas d’Olivier Giroud, absent de la liste des 24 joueurs retenus pour la Ligue des Nations.

Le cas d’Olivier Giroud en équipe de France n’en finit plus de faire parler. S’il avait été appelé à la rescousse en mars suite au forfait de Karim Benzema, l’attaquant milanais n’a pas été retenu par Didier Deschamps pour les quatre matches de Ligue des Nations que les Bleus disputeront le mois prochain. Une absence qui a une nouvelle fois fait beaucoup réagir.

 

Interrogé en conférence de presse, le sélectionneur tricolore ne s’est pas attardé sur le sujet. « Reprenez ce que j’ai dit en mars sur ce que je pense de la situation d’Olivier, son statut. Et j’ai ajouté avoir la possibilité de donner du temps de jeu que ce soit à Christopher Nkunku, Moussa Diaby et Wissam Ben Yedder », a-t-il confié, visiblement fatigué de devoir s’expliquer sur la situation du deuxième meilleur buteur de l’histoire des Bleus.

Des choix humains

De passage sur le plateau de beIN Sports, dimanche, le champion du monde 98 en a été quitte pour de nouvelles questions sur l’ancien Gunner et le natif de Bayonne s’est voulu clair. Malgré ce que représente Olivier Giroud en équipe de France, il n’est pas là pour faire des sentiments. « Je suis dans le monde professionnel, rappelle le sélectionneur. Evidemment que je suis un être humain, je suis un citoyen et un père de famille. Il faut faire le plus abstraction possible de cet aspect dans le monde professionnel, a-t-il expliqué. Je suis convaincu que ça va à l’encontre de l’intérêt collectif. La plus grosse difficulté, ce sont les choix humains. J’ai cette capacité de pouvoir faire plaisir mais aussi d’amener de très fortes déceptions. C’est ma responsabilité. »

Pas de position radicale

Mais Didier Deschamps l’assure : il se veut impartial. « A aucun moment je fais des choix par rapport à moi. Ce n’est pas lié à ma relation avec un joueur. Je peux avoir – et j’en ai eu – des situations un peu compliquées avec un joueur mais pour l’intérêt de l’équipe de France, je le fais (appeler le joueur). Mais à l’extérieur, vous n’avez pas toutes les données. Il n’y a que les personnes en interne qui le sont. On ne peut pas tout dire », a-t-il poursuivi, assurant ne jamais avoir pris de « position radicale ».

On ne sait jamais ce qu’il peut se passer

Olivier Giroud peut être inquiet pour la prochaine Coupe du monde. « Si la Coupe du monde avait lieu cet été, la liste serait certainement celle-là, a-t-il lancé. Au mois de novembre, elle sera proche mais ce ne sera pas celle-là parce qu’il y a des impondérables. On ne sait jamais ce qu’il peut se passer. Il y a la situation d’un joueur qui peut être un peu plus en difficulté. Je fais en sorte d’avoir un fil conducteur quand même. De la continuité oui mais en étant convaincu qu’à un moment, s’il y un jeune joueur, même s’il a moins d’expérience par rapport à un autre plus expérimenté, je l’ai toujours fait en club et en sélection et je le ferai. Je sais que je peux faire mal, aux joueurs et encore plus aux personnes autour d’eux.» 



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.