Sports

une soixantaine de prisonniers libérés dans le cadre d’une amnistie inédite



Publié le :

Les autorités syriennes ont libéré une soixantaine de détenus depuis dimanche 1er mai, dans le cadre d’un nouveau décret d’amnistie considéré comme le plus complet depuis le début du conflit en 2011.

Le président syrien Bachar al-Assad avait déjà annoncé plusieurs amnisties depuis le début de la guerre en 2011, qui comprenaient de nombreuses exceptions. La précédente remontait à mai 2021, quelques semaines avant sa réélection pour un quatrième mandat. Une nouvelle a commencé dimanche 1er mai.

« Plus de 60 détenus ont été libérés depuis dimanche dans plusieurs régions syriennes, dont certains qui ont passé au moins dix ans » dans les prisons du régime, indique lundi l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). Le décret prévoit « d’accorder une amnistie générale pour les crimes terroristes commis par des Syriens » avant le 30 avril 2022, « à l’exception de ceux ayant entraîné la mort d’un être humain et ceux prévus par la loi antiterroriste », a indiqué samedi la présidence syrienne sur les réseaux sociaux.

Ce nouveau décret, publié samedi, soit deux jours avant la fête de l’Aïd el-Fitr – qui célèbre la fin du ramadan –, est considéré par des militants des droits humains comme le plus complet. Selon le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane, « des dizaines de milliers de détenus » sont éligibles, dont beaucoup sont accusés de crimes liés au « terrorisme ». Rami Abdel Rahmane qualifie cette accusation de « vague » pour « condamner les détenus arrêtés arbitrairement ».

L’avocate Nora Ghazi, directrice de l’organisation No Photo Zone, qui apporte une assistance juridique aux détenus, aux disparus et à leurs familles, a estimé que ce décret avait le cadre « le plus large depuis le début de la révolution syrienne ». « Beaucoup de gens sont attendus, mais cela prendra beaucoup de temps », dit-elle. 

D’après une liste de 20 noms diffusée par des militants sur les réseaux sociaux, des détenus qui ont passé des années dans la prison de Sednaya, qu’Amnesty International a qualifié d’« abattoir humain », figurent parmi les prisonniers libérés. Depuis le début du conflit, près d’un demi-million de personnes sont entrées dans les prisons du régime et plus de 100 000 d’entre elles sont mortes sous la torture ou à la suite de conditions de détention épouvantables, selon l’OSDH. 

Le régime syrien est également accusé de torture dans les prisons, de viols et d’agressions sexuelles, ainsi que d’exécutions extrajudiciaires.

(Avec AFP)



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.