Sports

40 pays réunis pour renforcer la défense ukrainienne


Publié le : Modifié le :

Au 62e jour de l’invasion russe en Ukraine, une quarantaine de pays se réunissent en Allemagne pour augmenter leur contribution en armement à l’Ukraine, alors que le ministre russe des Affaires étrangères a prévenu que le danger que le conflit dégénère en troisième guerre mondiale était « réel ».

► Moscou a bloqué le site internet de RFI, qui diffuse des informations dans une quinzaine de langues dont le russe. Une adresse URL alternative permet d’accéder au site en français et en russe. RFI en russe est aussi disponible sur Telegram : https://t.me/RFI_Ru, via un VPN et en Russie en français par satellite sur Hotbird.

► Le site de la rédaction russe de RFI diffuse la radio publique ukrainienne (en langue ukrainienne) depuis la page d’accueil.


Les points essentiels :

► Le chef du Pentagone Lloyd Austin a affirmé lundi que l’Ukraine pouvait gagner la guerre, au lendemain de la première visite à Kiev de dirigeants américains depuis l’invasion russe. « Ils peuvent gagner s’ils ont les bons équipements, le bon soutien », a-t-il déclaré après avoir rencontré le président ukrainien Volodymyr Zelensky, en compagnie du secrétaire d’État Antony Blinken.

► La Russie a assuré vouloir poursuivre les négociations de paix avec l’Ukraine, tout en avertissant du danger « réel » que le conflit dégénère en troisième guerre mondiale, au lendemain de la visite de ministres américains à Kiev.

► La Russie a accusé lundi soir les autorités ukrainiennes d’avoir empêché les civils terrés avec des combattants ukrainiens dans le complexe métallurgique assiégé d’Azovstal à Marioupol, dans le sud-est de l’Ukraine, de quitter ces lieux, malgré l’annonce d’un cessez-le-feu par l’armée russe.

► Le nombre de réfugiés fuyant l’invasion russe dépasse les 5,2 millions, selon l’ONU. Plus de 7,7 millions de personnes ont quitté leur foyer, mais se trouvent toujours en Ukraine.


Les horaires sont donnés en temps universel (TU), cliquez ici pour rafraîchir

04h15 : Près de 40 pays réunis en Allemagne pour renforcer l’armement de l’Ukraine

Sur cette image fournie par l'U.S. Air Force, des aviateurs et des civils palettisent des munitions, des armes et d'autres équipements destinés à l'Ukraine, sur la base aérienne de Dover, aux États-Unis, le 21 janvier 2022.
Sur cette image fournie par l’U.S. Air Force, des aviateurs et des civils palettisent des munitions, des armes et d’autres équipements destinés à l’Ukraine, sur la base aérienne de Dover, aux États-Unis, le 21 janvier 2022. AP – Mauricio Campino

Une quarantaine de pays se réunissent ce mardi dans l’ouest de l’Allemagne, à l’invitation des États-Unis, pour renforcer la défense de l’Ukraine. Au moment où la Russie vise le contrôle total du sud de l’Ukraine et du Donbass, cette réunion organisée sur la base aérienne américaine de Ramstein est destinée à « générer des capacités supplémentaires pour les forces ukrainiennes », explique le ministre américain de la Défense Lloyd Austin.

« Ils peuvent gagner s’ils ont les bons équipements, le bon soutien », affirme-t-il, lors d’une conférence de presse au retour d’une visite à Kiev.

Les États-Unis, qui fournissent le plus gros de l’aide militaire internationale à l’Ukraine, veulent « donner le type de soutien, le type d’artillerie et de munitions qui seront efficaces à ce stade du combat », précise le chef du Pentagone.

Kiev réclame surtout de l’artillerie lourde et des blindés pour tenter de repousser l’armée russe dans les vastes plaines du sud et de l’est du pays, mais l’équipement auquel les forces ukrainiennes ont été formées, en grande majorité en provenance de Russie, se raréfie.

La France a d’ores et déjà annoncé qu’elle envoyait des canons Caesar d’une portée de 40 km, et le Royaume-Uni a donné des missiles anti-aériens Starstreak et des blindés.

À lire aussi : Guerre en Ukraine : l’industriel allemand Rheinmetall veut livrer à Kiev des armes lourdes

04h00 : Bonjour et bienvenue dans ce direct

RFI vous accompagne jusqu’à 0h00 TU. Vous pouvez retrouver le live d’hier ici

© RFI



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close