Sports

« L’objectif, c’est de gagner le titre »


Présent en visio depuis Salt Lake City dans le cadre de son partenariat avec Yop qui lui a permis de récolter une cagnotte de près de 62 000 euros pour la rénovation du terrain de Saint-Quentin, Rudy Gobert a pris le temps de répondre aux questions en tout genre. Le Saint-Quentinois a notamment rappelé que le Jazz n’avait qu’une idée en tête lors de ces play-offs de NBA : aller au bout.

Rudy Gobert, comment abordez-vous ces play-offs(entretien réalisé avant le premier match de la série), avec le flou qui plane du côté de Dallas sur la participation de Luka Doncic ?
On se concentre sur nous et on se prépare comme s’il allait jouer. Surtout que nous sommes persuadés que même s’il ne joue pas le premier match (ce qui a été le cas), il va revenir pendant la série. L’important, c’est que l’on soit prêt physiquement et mentalement. On sait en plus que ce n’est pas juste l’histoire d’un match. On doit en gagner quatre, et on sait qu’il (Doncic) va revenir tôt ou tard.

Avez-vous le sentiment que l’avenir du Jazz puisse dépendre de ces play-offs ?
C’est possible. De toute façon, notre avenir, individuellement et collectivement, se joue toujours sur les play-offs. Et comme il y a beaucoup d’attente, cela peut générer de la déception. En NBA, quoi qu’il arrive, il y a toujours des mouvements, des équipes qui essayent de s’améliorer. On a eu la chance de garder un groupe solide au cours de ces dernières années. On est concentrés sur le moment et sur notre envie d’essayer de faire quelque chose dans ces play-offs. C’est quand ces play-offs sont finis que les grandes équipes essayent d’améliorer leur effectif. Ces questions se poseront comme chaque année après les play-offs. Pour l’instant, notre objectif, c’est de gagner.

Collectivement, où en est Utah ?
On est dans un super état d’esprit. Les hauts et les bas que nous avons connus cette saison nous ont aidés à progresser et à nous connaître encore mieux. On va voir comment ça va se passer, mais on est tous très impatients de faire notre retour en play-offs avec de grands objectifs sur cette fin de saison. On est dans un très bon état d’esprit.

Quel est l’objectif minimum pour vous dans ces play-offs ?
Il n’y a pas vraiment de plancher. Nous savons où nous voulons aller et on va voir comment les choses évoluent. Mais on veut bien sûr aller en finale NBA et gagner le titre. C’est notre objectif depuis quelques années, et rien ne change cette saison.

« Le grand public commence à me respecter de plus en plus »

Avez-vous l’impression que la perception qu’ont les gens de vous aux Etats-Unis soit en train de changer ?
Je ne sais pas vraiment. Je suis quelqu’un d’extraverti, je ne poste pas beaucoup sur les réseaux et ne parle pas beaucoup. Donc la plupart des gens ne me connaissent pas vraiment, hormis les gros médias qu’ils suivent. Déjà, je joue à Utah. En plus, je suis français et je ne suis pas non plus le joueur le plus flashy de l’univers… Tout ça fait que les gens ne me connaissent pas vraiment. J’en suis conscient. Malgré tout, je sens qu’aux Etats-Unis, le grand public commence à me respecter de plus en plus. La perception n’est peut-être pas au niveau de la réalité, mais je sens quand même qu’il y a un progrès.

Des légendes comme Shaquille O’Neal et Dwyane Wade ont pris votre défense la semaine dernière. Qu’en avez-vous pensé ?
J’ai vu, mais de toute façon, chacun a son opinion. On est constamment en train d’essayer de s’améliorer, c’est ce que je fais aussi pour essayer d’aider mon équipe. La confiance, il faut la gagner, et c’est ce que j’essaye de faire.

Vous attendiez-vous à ce que les Lakers se ratent ?
Non, honnêtement, je pensais qu’ils feraient les play-offs. Ils ont eu beaucoup d’adversité, quelques blessures, et ils avaient aussi un nouveau groupe. Parfois, ça prend du temps avant que la mayonnaise prenne. C’était une saison un peu compliquée pour eux, c’est sûr, mais c’est la NBA, ça arrive.

Participerez-vous à l’Euro ?
Pour l’instant, je suis sur les play-offs. Piur la suite, je n’ai pas encore pris ma décision, donc on verra comment je me sens psychologiquement et physiquement.

« L’AccorArena serait remplie chaque soir »

Qu’est-ce que ça vous ferait de devenir prochainement l’un des trois uniques joueurs de l’histoire de la NBA à remporter le titre de meilleur défenseur pour la quatrième fois ?
Ce serait une fierté. Quand tu regardes mon parcours, que tu vois d’où je suis parti, déjà, en gagner un, ce n’était pas gagné (il sourit). Alors si j’ai la chance d’en gagner quatre, cinq ou même six, ce serait super. Quoi qu’il arrive, l’important pour moi, c’est d’essayer d’être le meilleur Rudy que je puisse être sur le terrain comme en dehors. Après si ces gens décident que je mérite plus de titres de meilleur défenseur de l’année, qu’il en soit ainsi.

Pour qui voteriez-vous personnellement pour le titre de MVP de la saison ?
Il y a clairement trois candidats : Joel Embiid, Nikola Jokic et Giannis Antetokounmpo. Pour moi, la manière dont Jokic a porté son équipe cette saison fait qu’il mérite le titre de MVP. Il a vraiment fait beaucoup de matchs, en en termes d’impact et de consistance, pour moi, c’est lui le MVP.

Que vous inspire la polémique autour du choix de la salle du tournoi de basket pour les Jeux de Paris 2024 ?
C’est bien qu’il y ait eu des conversations (rires). Je me suis mouillé publiquement, mais l’important, ce sont surtout les conversations internes. On en a eues, et c’est bien qu’ils aient pris conscience que le sport numéro 1 au monde ne devrait pas être mis dans de telles conditions pour des Jeux Olympiques. Dans l’organisation de JO, il y a beaucoup de choses et de sports à prendre en considération et ce n’est pas forcément facile. On espère juste que les basketteurs qui viendront du monde entier pour les Jeux olympiques seront traités avec un peu plus de respect.

Accepteriez-vous de jouer en dehors de Paris et de ne pas être logés dans le village olympique ?
J’espère que ça sera à Paris. On a une salle magnifique, qui s’appelle l’AccorArena. Elle serait remplie chaque soir comme ça (il claque des doigts) si on jouait le tournoi de basket des Jeux olympiques. Pourquoi pas.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close