Sports

quand l’électricité vient à manquer, c’est toute l’activité économique qui est à l’arrêt



Publié le :

Au Sri Lanka, il n’y a plus de dollars pour importer du pétrole et faire tourner les centrales électriques. Quant aux barrages, ils sont à sec en attendant la mousson. En conséquence, des coupures quotidiennes d’électricité impactent l’activité des entreprises, ce qui renforce en retour la terrible crise économique qui frappe le pays.

Avec notre envoyé spécial au Sri Lanka, Côme Bastin

Il est 14h ce jour-là et Soffyan Ahmed a dû renvoyer ses quinze employés chez eux. Sans électricité, il est impossible de travailler dans cette entreprise de réparation informatique. « On nous envoie un horaire précisant à quelle heure le courant va être coupé, dit ce manager. Mais ça ne se passe jamais comme prévu. Parfois je fais venir mes employés le matin et je dois leur dire de repasser l’après-midi car il n’y a pas d’électricité. On n’arrive pas à bosser plus de deux ou trois heures par jour. Si ça continue, on va devoir fermer, je ne pourrais plus payer les salaires. »

« On ne peut rien faire sans internet »

Voilà des semaines que, faute de pétrole pour faire tourner les centrales électriques, la distribution d’électricité est intermittente. Dans la capitale, Colombo, la vie des entreprises est devenue un véritable enfer. Havish Sivana, 28 ans, manifeste au nom des professionnels des nouvelles technologies : « Toutes les grandes entreprises sont à Colombo. Dans les nouvelles technologies, on ne peut rien faire sans internet, sans ordinateur. Le pire, c’est que nous sommes un des secteurs qui fait venir le plus de dollars dans l’économie sri lankaise. Or, nos réserves de devises étrangères sont épuisées. Donc, en nous empêchant de travailler, on ne fait qu’empirer la crise. »

Dégâts gigantesques

Les dégâts de ces coupures sur l’économie du Sri Lanka sont gigantesques, même s’il est actuellement impossible de les chiffrer. Le gouvernement promet un prochain retour à la normale. En effet, la mousson qui frappe l’île de l’océan Indien devrait permettre de faire tourner les centrales hydroélectriques.

À lire aussi : Crise au Sri Lanka: «Nous avons une gouvernance extrêmement mauvaise»  



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close