Sports

Mohamed Abrini confirme qu’il devait bien faire partie du commando



Publié le :

Le procès des attentats du 13 novembre 2015 en France entre dans une nouvelle phase à partir de ce mardi 29 mars, avec 100 jours d’audience. La cour va désormais entendre les accusés sur le déroulé de cette nuit de terreur au cours de laquelle 130 personnes ont été tuées. Le premier accusé à être interrogé aujourd’hui, c’est Mohamed Abrini. La semaine dernière, il avait laissé entendre qu’il devait faire partie des commandos du 13-Novembre. Il vient de le confirmer à la Cour.

De notre envoyée spéciale au Palais de justice de Paris, Marine de la Moissonnière

Mohamed Abrini devait bien faire partie des commandos, il l’a dit. Sur le rôle qu’il devait jouer, il n’est pas très précis : « Je devais sans doutes être sur les terrasses avec une kalachnikov, mais je n’en suis pas sûr », raconte le belge de 37 ans. Abdelhamid Abaaoud, le coordinateur des attentats, lui dit début septembre qu’il fera partie d’une opération, mais il ne lui donne jamais de détails. Tout juste sait-il que c’est la France qui sera visée.

Mohamed Abrini n’ose pas dire à Abdelhamid Abaaoud que, pour lui, c’est hors de question de tirer sur des personnes non-armées dans la rue, comme ça : « Je lui dois beaucoup, c’est lui qui a récupéré le corps de mon frère en Syrie et qui l’a fait enterrer ». Même s’il sait qu’il n’ira pas jusqu’au bout, Mohamed Abrini participe quand même aux préparatifs, début novembre, il dit à Brahim Abdeslam qu’il ne faut pas compter sur lui.

  « Quand prévient-il Abdelhamid Abaaoud ? », l’interroge le président. Mohamed Abrini dit que c’est quelques jours avant les attentats sans être vraiment très précis. « Pourquoi alors être allé en France ? », insiste le président. « Pour dire au revoir à mes amis », explique Mohamed Abrini qui insiste : il ne s’est pas dégonflé la veille. Quand il a prévenu Brahim Abdeslam, ce dernier a alors recruté son frère Salah pour le remplacer. Mohamed Abrini tente comme il le peut de dédouaner son ami d’enfance.

►À lire aussi : Procès du 13-Novembre: les dernières heures avant l’horreur



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.