Sports

des permis de chasse pour tuer des espèces protégées



Publié le :

L’Afrique du Sud autorise la chasse de plusieurs espèces protégées comme les rhinocéros noirs, les léopards et les éléphants. Des permis de tuer seront délivrés pour une quantité limitée, une démarche qui étonne alors que les rhinocéros noirs sont notamment considérés comme une espèce en danger critique. Le ministère sud-africain de l’Environnement justifie ces permis de chasse par une étude minutieuse des populations et un intérêt économique vertueux pour la préservation de l’environnement.

Avec notre correspondant à Johannesburg, Romain Chanson

Des populations de rhinocéros, d’éléphants et de léopards qui augmentent suffisamment pour être chassées… Ce sont les mâles âgés qui sont visés en priorité dans un soucis, dit le ministère de l’Environnement, de gestion des espèces.

Ainsi, dix léopards, dix rhinocéros noirs et 140 éléphants pourront être abattus. Les permis seront délivrés dans des régions où leur population n’est pas menacée. Tout est réfléchi et encadré, assure le ministère, qui ne cache pas son intérêt pour les rentrées financières que vont générer ces permis de chasse, de l’argent qui reviendra aux communautés locales et à la préservation des espèces et de l’environnement.

En 2019, la chasse aux trophées rapportait 13 millions d’euros à l’Afrique du Sud. « La chasse fait partie de notre culture et de notre patrimoine », assure le ministère de l’Environnement sud-africain.

►À lire aussi : Pour sauver les rhinocéros, la Banque mondiale veut solliciter les investisseurs

Avec 150 permis de chasse pour les éléphants, l’Afrique du Sud ne portera pas atteinte à ses troupeaux. C’est d’ailleurs deux fois moins que le Botswana voisin qui avait autorisé près de 300 permis de chasse, en 2021.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close