Sports

L’offensive russe contre l’Ukraine embarrasse Israël



Publié le :

Le ministre israélien des Affaires étrangères Yaïr Lapid a condamné l’invasion russe en Ukraine, mais il rappelle les « relations profondes et durables » d’Israël aussi bien avec Kiev qu’avec Moscou.

Avec notre correspondant à Jérusalem, Sami Boukhelifa

Pour Israël, Moscou est un allié indéfectible au Moyen-Orient. Car la Russie, alliée du régime de Damas, contrôle le ciel syrien. Mais la Syrie abrite également des milices iraniennes considérées par Israël comme une menace existentielle. Régulièrement, l’aviation de l’État hébreu bombarde leurs positions avec la bénédiction de la Russie.

« Il semble que le gouvernement israélien ne veuille pas porter atteinte à sa liberté d’action en Syrie contre les cibles iraniennes, explique Emmanuel Navon, professeur de relations internationales à l’Université de Tel Aviv. Et cette liberté d’action dépend beaucoup de l’accord de Vladimir Poutine. Israël ne souhaite pas s’aliéner Vladimir Poutine. »

Silence « prudent » de Naftali Bennett

Cependant, Emmanuel Navon invite Israël à adopter une position plus tranchée face à cette attaque contre l’Ukraine et à condamner plus fermement La Russie. « Du fait de notre position dans le camp occidental, de nos relations particulières avec les États-Unis et l’Europe, mais même d’un point de vue de realpolitik, je ne pense pas qu’Israël tirera profit de ce langage feutré vis-à-vis de la Russie. Puisque de toute façon, le jour où Vladimir Poutine souhaitera mettre fin à notre liberté d’action en Syrie, il le fera quelle que soit notre position. Poutine n’est pas du tout quelqu’un sur qui on peut compter. »

Ce vendredi, la presse israélienne relève également le silence « prudent » du Premier ministre de l’État hébreu. Naftali Bennett, a refusé de condamner l’attaque russe contre l’Ukraine.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close