Sports

le président Kaïs Saïed s’attaque au Conseil supérieur de la magistrature



Publié le :

En Tunisie, plusieurs associations de la société civile ont fait état cette semaine de leurs inquiétudes quant à la détérioration des libertés dans le pays. Alors que les observateurs s’interrogent sur la permanence de l’État de droit, le président Kaïs Saïed a décidé de s’en prendre au Conseil supérieur de la magistrature.

Avec notre correspondante à Tunis, Amira Souilem

Comme souvent en Tunisie désormais, c’est sur la page Facebook de la Présidence tunisienne et de nuit que l’information est tombée. Les membres du Conseil Supérieur de la Magistrature ne toucheront plus un centime de l’État. Le président a décidé de mettre fin à leurs émoluments.

Cette décision intervient alors que Kaïs Saïed a, à maintes reprises, fait part de sa volonté d’assainir un système judiciaire qu’il estime défaillant et corrompu. Pas vraiment dissous officiellement, le Conseil Supérieur de la Magistrature – qui compte 45 membres – survivra-t-il à cette offensive du président ?

Les contre-pouvoirs tombent un à un

Une chose est sûre : depuis qu’il s’est octroyé les plein pouvoirs en juillet 2021, l’homme fort de Carthage a progressivement vidé de leur substance plusieurs institutions nationales. Gouvernant par décrets présidentiels, il a ainsi gelé les activités du Parlement et compte proposer un nouveau projet politique aux Tunisiens par voie de référendum en juillet prochain. À mesure que les semaines passent, de plus en plus de contre pouvoirs tombent dans le pays.

►À écouter aussi : Orient hebdo – Tunisie : coup d’État ou coup de balai ?





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.