Sports

le vote sans enjeu au Conseil législatif ne semble pas déplacer pas les foules



Publié le :

Hong Kong vote ce dimanche 19 décembre pour élire les 90 membres de son parlement, le Conseil législatif, le « LegCo ». Ce sont les premières élections à se tenir selon des nouvelles procédures imposées par Pékin, en mars. Pour éviter que l’opposition pro-démocratie ne gagne la majorité, seuls des candidats « patriotes » ont eu le droit de se présenter.

Avec notre correspondante à Hong Kong, Florence de Changy

Il y a eu une énorme campagne de promotion pour inciter les gens à voter à Hong Kong. Le gouvernement a annoncé que tous les transports seraient gratuits ce dimanche 19 pour encourager les gens à sortir de chez eux. Une initiative qui n’a pas forcément l’effet escompté.

Il y a foule dans le métro ce dimanche, sur la ligne bleue qui parcoure l’île d’est en ouest, on se croirait en semaine aux heures de pointe. Mais les Hongkongais qui ont voulu profiter des transports gratuits n’ont pas forcément l’intention de voter.

Comme ces trois jeunes, qui vont au restaurant. « Nous n’avons pas l’intention de voter », lance l’un d’entre eux. « Nous utilisons juste le métro pour s’amuser, juste pour le plaisir. », continue un autre.

Un scrutin boudé ?

En fait, étant donné que l’opposition pro-démocratie traditionnelle n’existe plus, les Hongkongais risquent fort de bouder ce scrutin. Comme l’indique le professeur de sciences sociales à l’université de Hong Kong, John Burns : « Les sondages montrent qu’une majorité de la population, 58%, considère ces élections comme injustes. Pourquoi injustes ? Parce que tous les principaux candidats d’opposition sont en prison, ils sont poursuivis, ils ont fui, ils ont été réduits au silence… »

Chacun des 153 candidats a dû, pour être autorisé à briguer un siège, donner des gages de loyauté politique à l’égard de la Chine et de « patriotisme ». De ce fait, les militants pro-démocratie ont été empêchés de se présenter ou y ont renoncé, lorsqu’ils ne sont pas en prison ou en fuite à l’étranger, et la plupart des candidats affichent un profil semblable.

Sur les 90 sièges du Conseil législatif, seuls 20 sont à pourvoir au suffrage universel, moitié moins qu’auparavant, le reste étant désigné par divers comités et groupes d’intérêt acquis au régime chinois.

Interdiction d’appel au boycott

Une loi a même été passée pour interdire à quiconque de suggérer l’abstention ou le vote blanc. Le délit est passible de trois ans de prison pour lequel dix personnes ont déjà été arrêtés à Hong Kong. Sept mandats d’arrêts internationaux ont également été lancés contre des militants en exil qui ont également appelé au boycott.

À lire aussi : Élections à Hong Kong: comment Pékin a détruit le système politique local



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.