Sports

L’Afrique du Sud rend un hommage national à l’ancien président Frederik de Klerk



Publié le :

Un mois après sa mort, le pays a rendu un hommage officiel au dernier président de l’apartheid ce dimanche 12 décembre. Frederik de Klerk n’avait pas eu d’obsèques nationales. Il était décédé le 11 novembre dernier des suites d’un cancer à l’âge de 85 ans.

Avec notre correspondant à Johannesburg, Romain Chanson

Personnalité controversée, Frédérik de Klerk, chef de l’État sud-africain de 1989 à 1994, fut à la fois un acteur du régime ségrégationniste de l’apartheid et l’artisan de son démantèlement. Cependant, les débordements redoutés par les autorités n’ont pas eu lieu. C’est une cérémonie apaisée qui s’est déroulée au Cap, en présence du président Cyril Ramaphosa.

L’hymne national a été joué en l’église Groote Kerk du Cap. Alors que la Constitution sud-africaine fête ses 25 ans, le maître de cérémonie, Mondli Gungubele, a tenu à rappeler le rôle joué par Frederik de Klerk dans sa réalisation : « On peut avoir un avis sur le passé mais nous devons être les capitaines de notre avenir. Et notre avenir prend ses racines dans l’acte de naissance que représente notre Constitution qui a pu voir le jour grâce aux efforts de M. de Klerk. »

« Je vous implore de le libérer »

Également présent, le président Cyril Ramaphosa n’a pas hésité à rappeler les crimes commis par le régime de l’apartheid auquel Frederik de Klerk a pleinement participé. Une oraison funèbre, tout en équilibre, a ainsi été conclue par un message d’apaisement: « Que l’on soit d’accord avec lui ou non, a ainsi demandé le président Cyril Ramaphosa, je vous implore de le libérer, pour qu’il puisse se reposer en paix. »

« Que de Klerk brûle en enfer pour le massacre de notre peuple », a tweeté la député Omphile Maotwe, du parti des Combattants pour liberté économique. À l’image du deuxième parti d’opposition, beaucoup de Sud-Africains refusent d’accorder à Frederik de Klerk, le moindre pardon.

 À lire aussi: Afrique du Sud: les funérailles privées et sans médias de Frederik de Klerk



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close